Tous les articles par mariehaupais

Journaliste de métier, scientifique de coeur

Voici à quoi ressemblerait notre ciel si la nébuleuse d’Orion était dans les parages [Vidéo]

Comme vous le savez, je suis une grande adepte de ces simulations qui font comme si le reste de l’univers se rapprochait de la Terre. En voici une nouvelle qui en met plein les yeux !

Après « Jupiter a rendez-vous avec la Lune » (des photos où les planètes du système solaire prennent la place de la Lune) et  « Et si la Lune se trouvait à 420 km de la Terre ? » (des clichés où la Lune prend la place de l’ISS), découvrons désormais la nébuleuse d’Orion au plus proche de la Terre.

Également appelée Messier 42, la Nébuleuse d’Orion se situe à 1344 années-lumière de nous. A l’œil nu, et bien qu’elle mesure 40 années-lumière de diamètre (soit 400 000 milliards de km) , elle ressemble à n’importe quelle autre étoile.

Mais si elle n’était située qu’à 4 années-lumière, c’est-à-dire à la distance qui nous sépare de Proxima du Centaure (l’étoile la plus proche de notre système solaire), la nébuleuse d’Orion ressemblerait à ça depuis la Terre.

Quel spectacle fabuleux!

Tout cela me rappelle les incroyables vues du « Giffeur de nébuleuses » !

 

Publicités

Séisme en Californie : en attendant le « Big One »

Dimanche 24 août 2014, les  habitants de la baie de San Francisco ont eu la surprise d’un réveil en fanfare à 3h du matin : un séisme de magnitude 6 – le plus fort depuis 1989 – a secoué toute la région.  Et si heureusement aucun mort n’est à déplorer, les dégâts sont tout de même importants avec des bâtiments effondrés et des routes tout juste bonnes à faire du skateboard… Mais pourquoi un tel événement dans cette zone ? La faute à la faille de San Andreas, un décrochement à la jonction des plaques tectoniques du Pacifique et de l’Amérique. Explications. Lire la suite Séisme en Californie : en attendant le « Big One »

L’actu de la semaine (18 juillet 2014)

Bon, à ce stade, ce n’est plus vraiment l’actu de la semaine mais l’actu du mois… désolée d’être si peu active en ce moment, ça reviendra à la rentrée 🙂

Alors donc pour cette actu de la semaine, au programme : on joue au foot avec des robots, on surfe avec des dauphins, on  étudie une drôle de comète et on s’interroge sur un trou. Et en guest star, mon chien. Du très très lourd.

Espace.

Bizarre. Vous vous souvenez de Rosetta? Cette sonde européenne qui s’est réveillée il y a quelques mois pour aller titiller de la comète? Eh bien figurez vous que la fameuse comète, de son petit nom 67P/Churyumov-Gerasimenko, a une forme étrange : elle est bilobée. Moi, je dirais même qu’elle ressemble un peu à une maison de schtroumpf (mais c’est mon avis). Du coup, pour atterrissage de Rosetta, ça va compliquer un peu les choses !

 

Mystère. Le passeur de sciences est bien plus prolifique que moi. Voici un article sur un mystère astronomique vieux de 470 millions d’années. C’est l’histoire d’une météorite qui n’aurait jamais dû être là… J’adore.

Planète.

Pollution. La mauvaise nouvelle de la semaine : l‘Australie renonce à sa taxe carbone, mise en place il y a deux ans pour réduire les émissions de CO2. Comme quoi les lobbies miniers du pays ont bien travaillé…

Trou. Et pendant ce temps là, en Sibérie, un cratère mystérieux de 80 mètres de diamètre fait parler de lui. Impact de météorite ? éclatement d’une poche de gaz? Pingo ?  Les scientifiques sont dans un trou noir (hihi)… Du coup, une équipe a été dépêchée sur place pour examiner les lieux.

Cinéma. Un article comme je les aime : à quel point la fiction peut devenir réalité ? Le scénario de la Planète des Singes 2 est-il plausible scientifiquement ? Eh bien contre toute attente : oui.

Chaleur. C’est de circonstances : comment gérer les températures de l’été (et éviter de cuire dès qu’on dépasse les 30 degrés) ? Pour répondre à cette question, la science peut vous aider !

Homme.

Tueurs. Le passeur de sciences nous livre (encore) un bel article sur les animaux les plus dangereux pour l’Homme? Et non ce ne sont pas les requins, ni même les loups ou les hippopotames…

Chien. On reste dans la rubrique animaux mais on parle cette fois-ci de ceux qui nous rendent heureux et en bonne santé : une étude vient de montrer que les personnes âgées vivant avec un chien ont l’activité physique d’une personne plus jeune de dix ans ! Pour la peine, je vous montre Emmy, le chien le plus mignon du monde (c’est normal, c’est le mien), parce que effectivement elle nous rend heureux et en bonne santé.

photo(4)Lentilles. Ceux d’entre vous qui en portent ne sont certainement pas passés à côté de l’info : une jeune femme qui n’a pas enlevé ses lentilles de contact pendant 6 mois est devenue aveugle. Des amibes (êtres unicellulaires) se sont gentiment installés dans ses yeux et ont attaqué sa cornée. Comme quoi l’hygiène, ce n’est pas que pour les autres.

SIDA. Deux nouvelles dans ce domaine : l’une est bonne, l’autre moins.
La fillette que l’on croyait débarrassée du virus du sida grâce à un traitement ultra-précoce est finalement séropositive.
– Selon l’ONU, l’épidémie du sida pourrait être sous contrôle d’ici 2030. Mais pour cela, il faudrait renforcer l’accès aux soins et aux médicaments des pays en voie de développement…

Techno.

Foot. Alors c’est une info géniale : il existe une coupe du monde de foot de robots. Elle commence demain et va durer 6 jours.

Capture d’écran 2014-07-18 à 15.57.27

Vidéo de la semaine.

Ou comment les dauphins kiffent la life en surfant sur la wave…

L’actu de la semaine (13 juin 2014)

Cette semaine, on résout un meurtre avec un moustique, on découvre une sauterelle supersonique, on se grille le cerveau avec du porno, on pollue l’Arctique (entre autre), on nage avec les méduses et on fait pousser de la peau… Et bien sûr, beaucoup de questions existentielles :  comment savoir si nous vivons dans un multivers ? Peut-on créer de la matière à partir de la lumière ? Le quotidien quoi. Lire la suite L’actu de la semaine (13 juin 2014)

10.000 galaxies sur un seul cliché

Voilà une prouesse dont seul Hubble, le télescope le plus perfectionné de la NASA est capable de nous offrir. Et d’ailleurs, ce genre de cadeau, moi, ça me fait pleurer de bonheur.

GAsaVVNEn combinant des centaines de clichés – 841 pour être précis, pris entre 2003 et 2012 –  et un spectre lumineux allant des infrarouges aux ultraviolets, la NASA a élaboré la photo de l’univers la plus colorée jamais publiée ! Sur cette photo, ciblant un point précis de notre Univers, au sud de la constellation du Fourneau, pas moins de 10000 galaxies sont visibles . Truc de ouf. Lire la suite 10.000 galaxies sur un seul cliché

Pluie de météorites attendue pour le 23 mai

Désolée pour ceux qui se trouvent en Europe, la pluie de météorites ne concerne que les Etats-Unis. Mais tout de même, ce qui arrive est de taille : plusieurs milliers de météorites doivent se pointer dans la nuit de vendredi à samedi au-dessus du continent nord-américain.

Pluie d’étoiles filantes

Pas de panique, il ne s’agit pas de grosses météorites. Donc pas de dégâts en perspectives. De la taille de billes ou de cailloux, elles vont se désintégrer dans notre atmosphère et créer de jolies étoiles filantes ! Entre 100 et 400 météores par heure vont illuminer le ciel pendant toute la nuit !

Pfiou, préparez tout de suite votre liste de vœux, vous allez être servis…

Météore dans le ciel nord-américain en 2000.
Météore dans le ciel nord-américain en 2000.

Mais d’où ça vient ?

En fait, ce chouette spectacle d’étoiles filantes a lieu car la Terre va traverser pour la première fois un essaim de débris provenant de la comète 209P/LINEAR, découverte en février 2004 et qui met 5 ans à faire le tour du soleil.

La comète traine en effet dans son sillage de nombreux petits morceaux, qu’en général on ne voit pas forcément, mais là, grâce à la force de gravitation de Jupiter, ils ont été légèrement déviés de leur trajectoire pour atterrir… sur l’orbite de la Terre. Heureusement que dans le lot, il n’y a pas d’objets célestes de trop grosse taille…

20 mai 1983. Le virus du Sida est découvert

Ca faisait déjà un moment que ça couvait. Plusieurs années même. Les premiers cas sont décrits dès 1981 aux Etats-Unis.  A l’époque, on parle du « syndrome gay » et pas encore du « syndrome d’immunodéficience acquise ». Les médecins remarquent que de plus en plus de jeunes adultes jusqu’alors en bonne santé, se mettent à développer des infections fulgurantes liées à une baisse anormale de leurs défenses immunitaires. En parallèle, le Centre de contrôle des maladies d’Atlanta (CDC) annonce avoir repéré une consommation de plus en plus élevée d’un médicament qui traite des infections pulmonaires (pourtant supposées rares)… corroborant les observations des médecins sur le terrain. La chasse au virus est lancée. Lire la suite 20 mai 1983. Le virus du Sida est découvert