Archives du mot-clé planète

Les plus belles photos de la Station Spatiale Internationale [Photos]

Il y a 15 jours, je vous préparais un petit best-of des meilleures photos prises par la NASA. Notre univers, ses nébuleuses, galaxies et étoiles vous ont beaucoup plu donc je réitère ! Cette fois-ci, découvrez de superbes clichés de la Terre vue du ciel… Enjoy !

Et n’oubliez pas de liker la page FB du Globserver pour ne rater aucun article !

Comment se forment les planètes ?

Quand mon petit cousin Paul (6 ans et pas toutes ses dents) a posé la question « Comment se forment les planètes? », ma première réaction a été : « Mon dieu ! Les enfants posent encore des questions intelligentes ! » Ouf. Me voilà rassurée.

Je vais donc tenter d’y répondre simplement.

Qu’est ce qu’une planète ?

photo(1)Commençons déjà par le commencement : qu’est ce qu’une planète ? Une planète est un objet dans l’espace, qui tourne autour d’une étoile et a la forme d’une très grande boule. Sur sa trajectoire, la planète est seule : il n’y a pas d’autres corps célestes avec lesquelles elles pourraient entrer en collision. D’autre part, pour être qualifié de planète, il faut que l’objet soit d’une taille suffisante : par exemple, Pluton, autrefois qualifié de planète, a été relégué au rang de planète naine.

Lire la suite Comment se forment les planètes ?

Les dolines, ces trous béants sortis de nulle part…

Il y a quelques jours, un homme était englouti par un immense trou formé sous sa chambre, en Floride. Ce phénomène géologique impressionnant est appelé « doline » ou « sinkhole » (trou d’évier en français) et il est bien plus fréquent qu’on ne le pense…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Des petits trous, encore des petits trous

On a trouvé mieux que le trou de la Sécu. La Doline. Ces formations géologiques peuvent se produire n’importe quand. Elles ressemblent à d’immenses trous dans le sol dont on ne voit parfois même pas le fond !

Ils sont tellement fréquents sur certaines régions du globe que la loi oblige parfois les assureurs à couvrir ce risque dans leurs contrats. En Floride, d’après Le Figaro, il y aurait eu plus de 25 000 demandes d’indemnisation liées aux dolines, entre 2006 et 2010… soit environ 17 par jour !

La plupart du temps, les trous formés ne sont ni très grands ni très profonds, mais ils peuvent atteindre des tailles considérables comme ceux qui sont apparus dans la capitale du Guatemala en 2007 et 2010. Personne n’est vraiment d’accord sur leur profondeur (certains parlent de 30 mètres, d’autres de 100 mètres!)… La seule chose qu’on sait, c’est qu’ils sont sortis de nulle part. Leur apparition fut si soudaine qu’ils ont tous les deux provoqué la mort de plusieurs personnes, en engloutissant complètement les maisons qui avaient le malheur de se trouver au dessus.

Doline formée à Guatemala City en 2007
Doline formée à Guatemala City en 2007
Doline formée à Guatemala city en 2010 après le passage de l'ouragan Agatha.
Doline formée à Guatemala City en 2010 après le passage de l’ouragan Agatha.

Comment se crée une doline ? 

N’importe qui appellerait ça «un gros trou». Les scientifiques, eux, préfèrent le terme de «dépression circulaire». Ce sont donc des phénomènes naturels qui se produisent sous la terre en milieu karstique… Comprenez : un milieu où l’eau, plutôt que de couler en surface comme dans d’autres régions, s’infiltre dans le sous-sol. Cela se passe généralement en milieu calcaire, car cette roche, friable, s’érode rapidement (et d’autant plus vite si elle subit l’attaque de pluies acides).

L’eau, en ruisselant dans la roche, va produire des formations géologiques étonnantes en sous-sol : des tunnels, des rivières et lacs souterrains, des colonnes. Bref. Un vrai gruyère. Et lorsque le poids du sol est trop lourd ou que d’importantes chutes de pluie ont accéléré les infiltrations dans le sol (comme au Guatemala), une dépression se forme et le sol laisse place à un trou béant.

doline_effondrement

J’ai personnellement une autre explication à vous proposer : d’après moi, les dolines, c’est un coup du surfeur d’argent. Mais ça n’engage que moi…

Chine, Floride, Suisse, lieux de villégiature des dolines

Même si on en trouve partout dans le monde, et même en France, certains pays sont particulièrement touchés par ce phénomène géologique. La Chine notamment ! Elle compte par exemple de nombreuses méga-dolines, des trous immenses formés il y a des milliers d’années.

Mais la multiplication des dolines dans l’Empire du milieu n’est pas seulement liée à des raisons géologiques.

Le mauvais état des infrastructures (conduites de gaz et canalisations) renforce les risques de formation de ces trous. Selon Courrier international, 129 trous ont été enregistrés en 2009. Un phénomène qui ne cesse de s’amplifier puisqu’à Pékin, on en dénombre 99 entre juillet et août 2012.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Des maisons entières et des voitures peuvent être engloutis en quelques minutes.

Sinkhole swallows whole building complex in China par itnnews

Et je ne parle même pas des passants : ils ont beau regarder où ils marchent, ils tombent dans le panneau (si je puis dire).

La Floride, elle aussi est de plus en plus touchée par le phénomène. En cause, l’activité humaine. Sur des territoires déjà fragiles (car karstiques… vous suivez ?), l’homme en rajoute une couche en utilisant au maximum les capacités des nappes phréatiques. Et pour peu qu’il y ait une période de sécheresse (comme à Tampa en 2012), cela a pour effet d’accroître l’instabilité des sols… Tant est si bien que la Floride est maintenant appelé « Sinkhole Alley« .Un phénomène qui, en 4 ans, a coûté 1,4 milliard de dollars aux assureurs.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à lire ce très bon article de National Geographic.

Donnez un nom aux lunes de Pluton !

Que diriez-vous si on vous offrait la possibilité de donner un nom à un astre ? Depuis quelques jours, cette tâche n’est plus réservée qu’aux astronomes ! L‘institut Seti propose en effet de confier aux internautes la (difficile) mission de nommer deux satellites de Pluton. Attention, c’est une occasion qui ne se présentera sans doute pas une deuxième fois…

Les petits P4 et P5 sont attendus par leurs parents

lunes de pluton

P4 et P5, c’est ainsi qu’ils se nomment. Ils mesurent entre 25 et 35 km de diamètre et tournent autour de Pluton, la plus lointaine « planète » du système solaire. Découverts en 2011 et 2012, ces gros cailloux adopteront d’ici peu les dénominations attribuées par les internautes. Au choix, une quinzaine de noms issus de la mythologie des enfers (et vous allez découvrir pourquoi) : Orphée, Eurydice, Cerbère... A vous de choisir parmi la liste disponible sur le site Pluto Rocks. Et vous n’avez que jusqu’au 25 février pour y participer.

Pourquoi des prénoms mythologiques ?

Cette habitude ne date pas d’hier. Nos ancêtres les romains (et les grecs aussi), en levant les yeux au ciel, ont voulu rendre hommage à leurs dieux. Ils ont donc leurs nom  à ces astres brillants qu’ils pouvaient admirer depuis la Terre. On trouve ainsi :

Mercure, en référence au dieu messager de Jupiter, ainsi nommée à cause de sa rapidité de déplacement (elle met à peine 88 jours pour faire le tour du soleil).

Venus, la déesse de la beauté, car on estimait qu’elle était la plus belle planète du système solaire.

Mars, en référence au dieu de la guerre, à cause de sa couleur rouge.

Jupiter, le dieu des dieux, parce que c’est la plus grosse planète du système solaire

Saturne, le papa de Jupiter, parce qu’elle arrive juste derrière Jupiter dans l’ordre des planètes…

Systeme_solaire
Le système solaire

Les autres planètes ont été découvertes bien après, grâce aux instruments d’optiques. Uranus apparait ainsi en 1781 dans le télescope de William Herschel, astronome germano-britannique, qui souhaite lui donner comme premier nom … Herschel (bonjour l’ego), puis Georges (en hommage à son bien-aimé roi Georges III). Afin de perpétuer la lignée initiée par les romains, les scientifiques se mettent d’accord pour continuer à nommer les planètes du nom des dieux romains. La planète Herschel devient donc Uranus, du nom du père de Saturne.

Neptune_Full
Neptune

En 1846, l’histoire se répète avec la découverte de Neptune par l’astronome normand Urbain Le Verrier. Celui-ci n’est pas vraiment d’accord pour laisser passer son heure de gloire (et il avait raison, qui le connaît aujourd’hui?). Dans un premier temps il refuse donc de donner un nom mythologique à sa planète et essaye de la faire nommer (sans succès) « Le Verrier ». Un scientifique anglais propose, lui, le nom d’Océan (fils d’Uranus). Finalement, résigné, Le Verrier opte pour Neptune. Proposition adoptée par l’ensemble de la communauté internationale et qui colle à merveille à cette nouvelle planète d’une jolie couleur bleue.

La planète détermine le nom de ses lunes

L’habitude de nommer les astres avec des noms issus de la mythologie a continué avec les satellites de chacune des planètes. Mais les astronomes ont bien fait les choses en choisissant des personnages liées à chaque planète. Par exemple, les lunes de Neptune ont toutes un lien avec la mer : Triton, Néréïde, Naiäde, Thalassa, Despina, Galatée, Larissa et Protée.

Idem avec les lunes de Jupiter (il y en a tout de même une cinquantaine donc mieux vaut bien connaître la mythologie pour trouver des noms à tout le monde…). On y compte donc Io, Europe, Ganymède et Callisto qui furent toutes des maîtresses de Zeus (alias Jupiter).

Et on pourrait faire la même chose avec Mars, Saturne et Uranus mais ce serait long et fastidieux donc je vous laisse aller voir la liste complète .

Pluton, la presque planète de la mort

Pluton, elle, n’est découverte qu’en 1930. C’est un vieux monsieur qui la trouve, Clyde Tombaugh, mais c’est une petite fille de 11 ans, Venetia Burney, qui lui donne son nom : Pluton, le dieu des enfers, pour cet astre froid, sombre et lointain.

Une planète qui en fait n’en est pas une… Dégradée de son titre en 2006, elle est désormais qualifiée de planète naine, et même de plutoïde (terme qui regroupe les astres en orbite autour du Soleil mais qui se situent plus loin que Neptune).

Pour les satellites de Pluton, on puisa de nouveau dans la mythologie gréco-romaine : en 1978, son premier satellite découvert devient Charon, du nom du vieillard chargé de conduire sur sa barque les âmes des morts à travers les marais de l’Achéron. Charon est le fils de Nix, nom donné au troisième satellite de Pluton découvert en 2005 avec un autre satellite, Hydra (je ne vous apprendrai rien en rappelant que l’hydre est le monstre à neuf têtes que tua Hercules), tous deux détectés par le télescope spatial Hubble.

Charon, Nix et Hydra… On reste bien dans le domaine de Pluton, dieu des enfers. Et les noms proposés pour P4 et P5 aussi. Entre Achéron (marais des morts traversé par Charon), Styx (fleuve des morts, dans lequel Achille fût plongé presque en entier) ou Perséphone (reine des morts, épouse d’Hardés) – et il y a en a une douzaine comme ça ! – pas de doute, les lunes de Pluton auront forcément un nom … d’enfer.

L'hydre vaincu par Hercules
L’hydre vaincu par Hercules